Les eaux souterraines soumises à de multiples pressions

La pression immobilière menace également les eaux souterraines

La protection des eaux souterraines se trouve au centre de beaucoup de conflits d'intérêts. D'une part, la quantité des eaux souterraines peut diminuer sensiblement en raison de la pression immobilière, des constructions et des prélèvements pour les arrosages et d'autre part la qualité de l'eau souterraine et potable souffre de l'arrivée de substances étrangères.

Les zones de protection contribuent au contrôle durable et à la surveillance de ces influences. Mais il est tout aussi important que la population soit rendue attentive au fait que beaucoup de nos activités industrielles, agricoles et constructives amènent des changements de la qualité et de la quantité des eaux souterraines. Ces changements rendent plus difficile le travail des captages d'eau et impliquent souvent des frais de traitement de l'eau plus élevés.

Conflit avec l'agriculture

Rendements agricoles et propreté de l'eau en conflit

Un tiers des zones de protection des eaux souterraines se trouve sous des surfaces agricoles et sont soumises à des restrictions d’utilisation qui condamnent l'amenée dans le sol de micro-organismes, de substances nutritives et de pesticides. Malgré tout, on constate encore et toujours des valeurs alarmantes de nitrates et de pesticides dans les eaux de surface et les réserves d'eaux souterraines.

Cela peut être différent - Collaboration en faveur de l'eau potable de demain
Lorsque dans les années 1990, l'eau potable de Morges était très chargée en nitrates du fait des activités agricoles, une collaboration positive s'est instaurée entre les agriculteurs et les distributeurs d'eau. Cela a amené une amélioration sensible de la qualité de l'eau potable. Mais que l'agriculture soit soutenue par une taxe sur l'eau potable ne doit pas devenir une règle. C'est l'interdiction de pollution de l'eau (art. 6 LEaux

Collaboration fructueuse à Gäu (SO)

En 1980, les taux de nitrates dépassaient souvent massivement la valeur de 25 mg de nitrate par litre fixé dans la loi dans quelques installations de pompage de la nappe phréatique dans la région de Gäu-Olten

.Le canton de Soleure a reconnu la nécessité d'agir dans ce domaine et collabore massivement avec l'agriculture depuis 1995 et les représentants de quatre distributeurs d'eau régionaux avec l'appui de la Confédération pour réduire les taux de nitrates. Les premiers succès du projet nitrates sont mesurables dans les eaux d'infiltration et dans la première couche de la nappe phréatique. Il faudra encore de la patience et des efforts supplémentaires jusqu'à ce qu'un changement soit mesurable dans l'eau potable. 

Conflit de la pression immobilière

On recherche: de la place pour des captages d'eau

Longtemps, les villes ont pu compter sur de riches réserves d'eau potable propre, provenant de régions peu exploitées dans leur environnement. Mais cette stratégie touche de plus en plus à ses limites dans le Mittelland à fort densité d'habitations et dans les grandes vallées alpines. L'extension de la zone construite - que ce soit pour l'industrie et les immeubles particuliers ou pour des voies de circulation de toute sorte - a dans bien des endroits conduit à renoncer à des stations de captage et posé des problèmes structurels pour l'alimentation en eau potable.

Selon une enquête de la SSIGE, l'accès à des captages de remplacement est difficile, car d'autres utilisations établies empêchent une désignation de zones de protection. 

L’agriculture laisse des traces dans les eaux souterraines

L'agriculture intensive est la première responsable de la présence dans les eaux souterranes de trop nombreux résidus de produits phytosanitaires et de leurs produits de décomposition. Des mesures de prévention pertinentes sont nécessaires afin de conserver la propreté des ressources en eau potable pour les générations  futures.

Exigences de la SSIGE

Afin de protéger la population suisse et l'économie à l'avenir également et de pouvoir assurer un approvisionnement en eau potable de qualité, à un coût abordable et aussi naturelle que possible, les ressources d'eau potable doivent être assurées et protégées. La SSIGE exige les mesures suivantes.

Une assurance légale planificatrice des ressources d'eau potable

  • Les ressources et installations d'eau potable nécessaires pour les générations futures doivent être assurées contre les conflits d'intérêts dans le cadre de plans directeurs cantonaux contraignants et de plans d’affectation des ressources d'eau durables. Si de telles planifications manquent, l'approvisionnement en eau potable est à prioriser dans les pesées d'intérêts.
  • Si des conflits et des carences subsistent, des mesures de protection de l'eau adaptés à la situation sont nécessaires et ne doivent pas mener à une obligation de traitement à la charge de la distribution en eau ou à une remise en question des sites de captage.

Réalisation

La législation portant sur la protection des eaux est à mettre en œuvre de manière conséquente et les aires suivantes doivent être protégées des pollutions, des charges environnementales et des risques résiduels.

  • Zones de protection des eaux souterraines 1+2 Interdiction d'utilisation de biocides et de produits phytosanitaires.
  • Aires d'alimentation des captages d'eau potable Exécution de mesures ciblées dès que des substances artificielles persistantes sont détectées avec une concentration dépassant 0,1 microgramme/litre.
  • Eaux de surface exécution stricte des objectifs de qualité écotoxicologiques et élimination des micropollutions dans les installations de traitement des eaux usées. Mesures strictes à l'encontre des pollueurs.

A titre de mesures prises à la source, les eaux usées problématiques doivent être traitées chez le pollueur et des produits phytosanitaires alternatifs doivent être encouragés. Des substances particulièrement dangereuses ainsi que l'utilisation de pesticides par des utilisateurs non agréés doit être interdite et la procédure d'autorisation améliorée. 

Autres conflits d'utilisation

Le renaturation peut mettre la nappe phréatique en danger

Des interventions sur des cours d'eau en vue de renaturation, la protection contre les crues et d'une utilisation ludique à proximité des captages d'eau recèlent des dangers pour la qualité et la quantité d'eau. Le changement des conditions extérieures peut d'une part modifier le niveau de la nappe et d'un autre côté, le passage à travers les sols peut diminuer au point de compromettre la qualité. Les renaturations devraient de ce fait se faire en aval des captages d'eau.

Apport de substances étrangères

L'apport de substances étrangères peut avoir lieu à partir de diverses sources. Le trafic routier et ferroviaire disperse des polluants dans l'air et sur les sols. Ces substances sont entraînées dans la terre et nuisent aux eaux souterraines. Jusqu'au milieu du 20e siècle, d'autres polluants issus des entreprises artisanales et industrielles s'infiltraient dans l'eau. La législation sur la protection des eaux veille depuis lors à ce que ces apports indésirables diminuent.  

2015 SVGW | Created by medialink | Performed by iteam